Pourquoi tu ne deviendras jamais un bon tatoueur

10/02/2018
Auteur: Leeloo

Trop de mauvais tatoueurs

Tout le monde l’a constaté, l’engouement du tatouage ne fait que progresser.

Beaucoup de personnes se sont engouffrées dans cette voie et cela n’a pas amené que des « bons » tatoueurs.

Image

Comment ont-ils appris le tatouage, tous ces « mauvais » tatoueurs qui sévissent en grand nombre dans nos provinces ?

Ils profitent de la situation car aucun CAP de tatoueur n’a encore été mis en place.

De plus, la clientèle se divise en deux groupes : les profanes et les connaisseurs à qui on ne la fait pas.

Par contre, les clients profanes sont la proie idéale des « scratcheurs » qui arrivent à embobiner ces clients novices dans l’art du tattoo.

Résultat des courses, on voit fleurir sur le Net bon nombre de « merdes » à cause de ces « mauvais » tatoueurs.

Et bien souvent, ces tatoueurs sont fiers d’exposer leurs œuvres. Ils sont absolument convaincus de leurs propres compétences.

De même, les clients déclarent leur tatoueur comme un artiste excellent et ne jurent que par lui sur les réseaux sociaux et à leur entourage.

Un comble ! D’où l’urgence, je le répète, de progresser sur le dossier de l’apprentissage officiel du tatouage.

Il y a un effet pervers produit par l’engouement pour le tatouage, qui profite à toute une génération d’aspirants tatoueurs.

Combien y a-t-il de jeunes de 18 ans environ qui veulent se mettre au tattoo parce qu’ils trouvent cela cool.

Mais cela suffit-il ? Combien vont sortir du lot ? Ont-ils un « truc », une personnalité de fou, un vécu ? Non !

Plein de mecs veulent faire ça pour se faire du cash rapidement, parce que c’est anti conventionnel, c’est une vie singulière, atypique.

La majorité de ces scratcheurs sont sans scrupules et n’ont aucun égard vis-à-vis des règles d’hygiène et des clients qui se retrouvent avec un travail bâclé et des soucis de guérison.

Verrons-nous apparaitre, comme dans d’autres professions, des « usines à tattoos » où seront regroupés tous ces minables qui vont « abattre » des tatouages à la chaine.

Je ne donne pas cher alors de la survie des studios classiques.

Apprendre le tatouage selon les règles de l’art

Définition : les tatoueurs sont des professionnels qui conçoivent et appliquent des tatouages à tous les domaines du corps des clients avec des aiguilles spécialisées.

Peut-on devenir tatoueur si on n’a pas de talent ?

La plupart des tatoueurs qui accueillent des apprentis ne veulent pas avoir à prendre de leur temps pour vous enseigner l’art, le dessin.

Cela veut dire que vous devez être un artiste compétent avant de vous essayer au tatouage ou du moins passer énormément de temps à apprendre le dessin.  

Malheureusement, n’importe qui peut mettre de l’encre sous la peau.

Cela ne fera pas de vous un tatoueur accompli et encore bien moins un artiste tatoueur.

Apprenez l’art et devenez compétent en dessin. Et seulement ensuite, dégotez un apprentissage.

Ne brûlez pas les étapes !

Mais avant d’acquérir un apprentissage dans un studio, vous devrez vous constituer un portfolio présentant vos meilleures œuvres.

Ce portfolio en dit long sur le travail de du futur apprenti tatoueur.

Les détails minutieux des dessins font la différence entre quelqu’un qui veut faire de l’argent et une personne qui se concentre uniquement à faire le meilleur tatouage.

C’est votre sésame pour décrocher éventuellement un apprentissage.

Peut-on devenir tatoueur sans apprentissage ?

Lors d’un apprentissage, un futur tatoueur travaillera dans un studio aux côtés d’un tatoueur professionnel et ce de 2 à 3 ans.

On y apprend à concevoir des tatouages, à faire fonctionner le dermographe, à stériliser les équipements, à apprendre les rudiments de la gestion d’une boutique, etc.

Beaucoup de compétences sont ainsi transmises du maître au disciple.

Comment imaginer que des mecs (ou des nanas) soient inconscients à ce point pour se lancer dans ce métier en zappant cette étape cruciale ?

C’est de l’inconscience totale.

On entend souvent cette excuse : oui mais, les anciens tatoueurs ont appris sur le tas et ils font des tattoos de ouf !

Donc ça ne gêne pas les scratcheurs de pratiquer ainsi. Il n’y a que l’appât de gain qui les intéresse.

L’expérience est une chose importance parce qu’il y a tellement de tatoueurs autodidactes.

Apprendre dans un studio avec un tatoueur qui tatoue depuis longtemps peut vous donner un plus pour continuer votre carrière, vous éviter des erreurs que vous reproduirez des années. Bref, c’est un accélérateur de carrière.

Peut-on devenir tatoueur sans connaissance en hygiène ?

La réglementation française oblige tout tatoueur (de métier ou apprenti) à suivre un stage obligatoire de 21 heures intitulé « Hygiène et salubrité ».

C’est payant, mais quel métier forme totalement gratuitement ?

Pôle Emploi peut vous financer cette formation s’il dispose du budget nécessaire.

Quel tatoueur prendrait le risque de propager des maladies, d’infecter les clients ?

En suivant ce fameux stage, j’ai pu constater que plus de la moitié des tatoueurs présents n’avaient quasiment aucune connaissance dans ce domaine.

Et ils tatouaient !!

La présentation de la boutique en dit long sur les artistes de la boutique.

Vous ne trouverez pas un grand tatoueur dans un studio « crade ».

Le studio doit être propre comme le cabinet d’un médecin. Tout doit être aseptisé.

Peut-on devenir tatoueur sans compétences en communication ?

D’autres qualifications clés incluent un service client efficace, des compétences de communication, de commercialisation et de marketing.

Il ne suffit pas de poster des photos sur Facebook ou Instagram pour se faire connaitre.

Combien voit-on de tatouages nuls ou minables sur les réseaux sociaux ?

Généralement les scratcheurs n’ont pas honte de leurs tatouages.

Et ils se prennent pour des Dieux du tattoo.

Heureusement, sur Internet on peut trouver n’importe quel tatoueur et lire les avis à son propos.

Écoutez ce que les gens disent. Ils ne mentent pas sur leurs mauvaises expériences.

Les bons tatoueurs adorent répondre aux questions et apporter du réconfort à leurs clients, des encres de grandes marques qu’ils utilisent, du type de dermographe employé, depuis combien de temps ils pratiquent cette profession et des styles qu’ils préfèrent.

Peut-on devenir tatoueur si on n’aime pas les gens ?

Obtenir un tatouage (surtout si c’est le premier) est une expérience mémorable à plus d’un titre.

C’est un moment spécial et unique pour le client. Si l’on ressent un niveau d’impolitesse ou d’apathie en entrant dans le salon, ou si le lieu dégage de mauvaises vibrations il faut faire demi-tour.

À l’inverse, si vous sentez le tatoueur trop mielleux, trop baratineur, trop vantard, faites également demi-tour.

Vous avez à faire, dans la plupart des cas à un scratcheur.

Un bon tatoueur ne « pette pas plus haut que son c*l ».

Se faire tatouer, c’est plus que « juste un tatouage ».

C’est une expérience unique, c’est un partage d’expérience à vivre de la meilleure façon.

Et pas de l’abattage comme le proposent ces mauvais tatoueurs.

 

Je vais arrêter là cette énumération. Vous avez compris le propos.

Un tatouage n’est pas quelque chose où l’on se précipite sur le premier tatoueur venu et que l’on regrettera plus tard. Vous l’avez constaté, plusieurs facteurs entrent en ligne de compte dans le choix d’un tatoueur : l’expérience du tatoueur, la qualité des œuvres qu’il vous propose, l’état du magasin et les prix. Je n’insiste pas sur les prix car j’en parle ICI.

Comme vous l’avez vu, ces mauvais tatoueurs surestiment largement leur talent au détriment de la profession. Mon avis risque d’en faire hurler plus d’un.

Par contre, je pense que la majorité seront d’accord avec moi pour faire évoluer le dossier de l’apprentissage bien qu’il y ait deux courants de pensée opposés. Donnez-moi votre opinion en commentaire ci-dessous.

Cet article vous a plu ? Ne ratez pas les prochains articles !

Inscrivez-vous à la newsletter pour être prévenu en priorité des nouveaux articles et bénéficier d'informations réservées aux seuls inscrits

 

Votre adresse de messagerie ne sera pas divulguée

 

Dans la même catégorie